Mgr. Joseph Prior

(Voir les lectures du troisième dimanche du temps ordinaire, 26 janvier)

"Les gens qui sont assis dans l'obscurité ont vu une grande lumière, sur ceux qui habitent dans un pays éclipsé par la lumière de la mort s'est levée." Saint Matthieu choisit ces mots faisant référence au prophète Isaïe pour décrire le début du ministère de Jésus en Galilée . Saint Jean utilise une phrase similaire dans le prologue du quatrième Évangile: «La lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont pas vaincue.» Jésus est, en lui-même, la lumière du monde qui dissipe les ténèbres.

La ​​lumière devient visible lorsque les gens rencontrent Jésus, entendent ses paroles et répondent à la rencontre. Au début du ministère public, Jésus proclame: "Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche." L'appel de Jésus est un appel qui invite les gens à ouvrir leur cœur à la miséricorde de Dieu. Un cœur ouvert et humble reconnaît le besoin de Dieu, de sa miséricorde et, finalement, de son amour.

Au fur et à mesure que nous traversons la vie, nous reconnaissons que les ténèbres représentent les choses qui nous lient ou nous éloignent du vrai bien. Inhérente à l'appel à la repentance de Jésus est une offrande de lumière. La lumière de Dieu est la seule puissance suffisamment puissante pour nous élever et faire l'expérience de son amour et de sa miséricorde et ainsi dissiper les ténèbres.

Après que Jésus ait fait sa première proclamation, il commence à rassembler des gens pour lui. Il dit à Peter et Andrew: «Viens après moi et je ferai de toi des pêcheurs d'hommes.» En marchant plus loin, il appelle également James et John. Les quatre premiers disciples représentent les germes de l'église.

Jésus est la lumière de l'amour de Dieu. Il partage cette lumière avec ses disciples et leur donne la responsabilité de la faire avancer en étant des «pêcheurs d'hommes». Dans ce rôle, qui se concrétisera après la passion, la mort et la résurrection de Jésus, la proclamation et l'invitation salvatrices sont menées de suite et transmis de génération en génération. Comme ces disciples sont nommés apôtres, Jésus les envoie dans différents pays et peuples afin que tous connaissent cette lumière et partagent son éclat.

L'appel des premiers disciples de l'Évangile nous rappelle que Jésus nous rassemble autour de lui et forme une communauté. Cette communauté sera liée dans la communion de l'amour divin à travers le mystère pascal. Saint Paul parle de cette communion dans sa première lettre aux Corinthiens. Le passage de la liturgie de dimanche vient du début de la lettre où Paul avertit les Corinthiens des factions qui se sont formées parmi eux. Les divisions créées autour de différentes personnes ou dirigeants endommagent la communion établie par le Christ.

La ​​division au sein de la communion, c'est comme mettre une ombre sombre sur la lumière. La lumière brille toujours mais si elle ne peut pas être vue, ses effets ne peuvent pas être réalisés. C'est pourquoi Paul écrit: «Je vous exhorte, frères et sœurs, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à ce que vous soyez tous d'accord sur ce que vous dites, et qu'il n'y ait pas de divisions entre vous, mais que vous soyez unis dans le même esprit et dans le même but. »

La ​​lumière qui est le Christ brille de mille feux. Le passage d'Isaïe qui sert de première lecture à la liturgie de dimanche note qu'avec la lumière vient la joie. Il dit: «Tu leur as apporté une joie abondante et une grande joie, comme ils se réjouissent devant toi comme à la moisson, comme un peuple se réjouit en partageant le butin. Pour le joug qui les accablait, la perche sur leur épaule et la verge de leur maître d'œuvre que vous avez brisée, comme au jour de Madian. »

Jésus est la lumière qui apporte la joie. Dans cette joie, nous nous approprions les paroles du psalmiste: «Le Seigneur est ma lumière et mon salut; qui devrais-je craindre? Le Seigneur est le refuge de ma vie; de qui devrais-je avoir peur? »

Nous sommes un peuple, une communion de foi liée dans et par la passion, la mort et la résurrection de Jésus. Nous sommes les gens qui ont vu une grande lumière. La lumière est le Christ Jésus.

Alors que nous offrons nos actions de grâces aujourd'hui, nous remercions le Père pour le don de son Fils, le don de la lumière. Nous lui demandons, par la puissance de cette lumière, de dissiper tous les nuages ​​qui pourraient empêcher la lumière de briller sur nous et dans nos vies. Nous demandons en même temps que la lumière brille en nous pour que d'autres se réjouissent de son amour et connaissent sa miséricorde.

***

Mgr. Joseph Prior est pasteur de la paroisse Notre-Dame de Grâce, Penndel, et ancien professeur d'écriture sacrée et recteur du séminaire Saint-Charles-Borromée.